RWD-10
1933 - Avion de voltige aérienne

 

C'est au début de l'année 1933 que Jerzy Drzewiecki a conçu le projet d'un avion de voltige aérienne, permettant aux pilotes militaires de suivre un entraînement peu coûteux. Comme le bureau d'études des D.W.L. concentrait à l'époque  la majorité de leurs efforts autour du RWD-9 qui devait prendre part au Challenge'34, Jerzy Drzewiecki a effectué tout le travail tout seul, bénéficiant uniquement d'aide d'un dessinateur et d'un calculateur. Au mois de juillet de la même année le prototype (SP-ALC) a effectué son premier vol, piloté par le constructeur. C'est alors que sont apparus les problèmes de stabilité directionnelle de l'avion qui donnait parfois l'impression de vouloir pivoter sur lui-même pour voler en arrière. Il a donc été décidé d'allonger son fuselage. Ainsi modifié, l'avion a été testé par le pilote d'essais Kazimierz Chorzewski, mais sans succès. Finalement, c'est la suppression du carénage entre le fuselage et l'aile de la machine qui a résolu le problème. L'appareil est alors devenu parfaitement stable.

Ce n'était pourtant pas la fin des difficultés, car à cette époque, les Ateliers mettaient aussi au point, outre le RWD-9, un avion d'entraînement - le RWD-8. Ils n'étaient donc pas en mesure d'effectuer toutes les évaluations de la nouvelle construction de Jerzy Drzewiecki, d'autant plus qu'il n'y avait pas de commandes pour la production en série. Le RWD-10 s'est avéré être très sensible aux moindres mouvements des gouvernails, ce qui le rendait très maniable, mais exigeait en même temps une expérience ainsi qu'une prudence et une concentration accrues de la part de pilotes. Ceux qui connaissaient bien ce type d'avion avaient pour habitude de dire qu'un RWD-10 devait être piloté avec deux doigts de la main et les pointes des chaussures. Les pilotes de l'Institut Technique d'Aviation (chargé de donner une opinion sur tous les nouveaux types d'avions construits en Pologne) ne connaissaient pas ce "secret" et n'arrivaient pas à effectuer certaines figures de voltige. Le RWD-10 ne "supportait" en effet pas un pilotage trop brusque. L'un d'entre eux n'arrivait, par exemple, pas à faire un simple looping, ce qui a failli aboutir à une disqualification pure et simple de ce nouveau type d'appareil. L'avion fut sauvé par le pilote d'essais des D.W.L. Kazimierz Chorzewski qui, connaissant son "secret", a parfaitement réussi à faire 28 loopings devant la commission chargée d'émettre l'opinion, prouvant ainsi que le RWD-10 était parfaitement maniable. Toutes ces difficultés ont cependant fait que l'avion n'a obtenu une opinion totalement favorable qu'en 1936, soit trois ans après son premier vol!

La première présentation publique de l'avion avait lieu un peu plus tôt, le 14 septembre 1935, lors d'un Meeting Aérien organisé par l'Aéroclub de Varsovie. Ce jour-là le RWD-10 a effectué une impréssionante démonstration de voltige aérienne. Suite à une décision de l'I.T.A. il a été procédé à une simulation de combat aérien entre un RWD-10, muni pour l'occasion d'une photomitrailleuse, et un chasseur PZL P.11c. Le résultat penchait nettement en faveur du RWD-10, à cause de l'exceptionnelle maniabilité de de ce dernier, ce fut accueilli avec une grande joie par le personnel des D.W.L.

La production en série de l'avion a débuté en 1937. Cette année-là 19 egzemplaires (SP-BGY, -BGT, -BGZ, SP-BLM à SP-BMD) on été produits. Ils ont été acquis par de différentes écoles d'aviation et aéroclubs, selon la répartition suivante:

Aéroclub de Gdansk: 1 egz. SP-BLZ
Aéroclub de Cracovie: 2 egz. dont SP-BGY
Aéroclub de Lwow: 4 egz. SP-BGZ, SP-BLX, SP-BLY et SP-BMA
Aéroclub de Lodz: 1 egz.    
Aéroclub de Poznan: 2 egz. dont SP-BGT
Aéroclub de Silésie: 2 egz. SP-BLS et SP-BMC
Aéroclub de Varsovie: 3 egz. SP-BLN, SP-BLO et SP-BLP
Aéroclub de Wilno: 1 egz.    
Ecole de pilotage à Aleksandrowice: 2 egz.    
Depôt: 1 egz.    

   

Tous les RWD-10 de série pouvaient être équipés d'une photomitrailleuse et servir pour l'entraînement au combat aérien. Certains pilotes militaires, comme Jerzy Bajan, ne partageaient cependant pas cette opinion et l'aviation militaire polonaise n'a jamais acquis ce type d'avion.

Le 27 mai 1937 a débuté le Troisième Rallye Aérien des Balkans, organisé conjointement par les D.W.L. et l'Aéroclub de Varsovie. Sa route traversa la Roumanie, la Bulgarie, la Grèce, la Yougoslavie, la Hongrie, l'Autriche et la Tchécoslovaquie. L'un des six avions y participant était le premier RWD-10 de série (SP-BGY). L'une des étapes de ce rallye a nécessité le survol d'une chaîne de montagnes couvertes par des nuages.

Au cours de la même année,  lors d'exécution des figures d'acrobatie, les ailes de trois RWD-10 (dont le SP-BLP) ont été endommagés. Les pilotes ont pu sauter en parachutes, mais les appareils ont été détruits. Il s'est avéré que lorsqu'un RWD-10 volant à grande vitesse montait trop brusquément, ses ailes pouvaient se casser. Suite à ces accidents les atéliers ont procédé (sur demande de l'Institut Technique d'Aviation) à de tests supplémentaires de la résistance des ailes, ce qui les a conduit a renforcer leur structure de manière efficace. Entre mai et septembre 1937 l'Aéroclub de Varsovie exploitait temporairement cinq exemplaires de RWD-10. Cela a été du au fait que les D.W.L. ne disposaient pas d'assez de place pour stocker tous les avoins produits. 

En 1938 les D.W.L. ont produit encore deux exemplaires de RWD-10: le SP-KTT pour l'Aéroclub de Varsovie, ainsi que le SP-SPW pour l'Aéroclub de Gdansk. Au cours du mois de septembre de la même année les RWD-10 ont pris part au Rallye des Etats Baltes. Durannt ce rallye un tragique accident a eu lieu: l'avion SP-BLO conduit par un pilote estonien s'est écrasé dans un lac. Le pilote s'est noyé. Quelques mois plus tard un RWD-10 fut exporté en Estonie. En 1939 la direction de l'Ecole de Pilotage de Stanislawow a entrepris la formation de premières troupes de voltige aérienne en Pologne. Pour ce faire l'école en question utilisait entre autres trois exemplaires de RWD-10 (dont le SP-BMD). 

En septembre 1939 la plupart des RWD-10 ont été détruits. Quelques exemplaires sont tombés entre les mains des Soviétiques qui les ont emmenés en U.R.S.S. Pour l'instant on ignore ce qu'ils sont devenus. Les RWD-10 ont été appréciés des pilotes. Au total 22 exemplaires ont été produits (y compris le prototype). On peut noter que le projet du chasseur RWD-25 a été largement inspiré par l'expérience acquise lors d'élaboration du RWD-10.
   

Caractéristiques du RWD-10:

Envergure: 7,5 m   Vitesse minimale: 95 km/h
Longueur: 6,2 m   Vitesse ascensionnelle:  6,2 m/s
Hauteur: 1,9 m   Plafond pratique:  6000 m
Surface alaire: 9 m2   Distance franchissable:  360 km
Poids à vide: 350 kg   Roulage au décollage: 70 m
Charge utile: 125 kg   Roulage à l'atterrissage: 100 m
Poids maximal: 475 kg   Consommation du carburant: 25 l/h
Vitesse maximale: 230 km/h   Autonomie: 2 h
Vitesse de croisière: 180 km/h   Moteur PZInz. Junior 4 de: 110 CM

 

Textes et élaboration: (c) 2003, Robert Gujski.
Tous droits réservés. Toute copie, sans accord de l'auteur, est interdite.